L'ouvrage coup de cœur de février : Le Voyage de Magellan par Antonio Pigafetta

Wojtek, ours et héros de la Seconde Guerre mondiale

Quand des soldats polonais décident d’adopter un ourson orphelin, ces derniers ne savent pas qu’ils viennent de créer la légende de Wojtek.
Statue en hommage à Wojtek érigée dans le parc Princes Street Gardens à Édimbourg - Yair Haklai | Creative Commons BY-SA 4.0 DEED
Statue en hommage à Wojtek érigée dans le parc Princes Street Gardens à Édimbourg – Yair Haklai | Creative Commons BY-SA 4.0 DEED

Les animaux, tels que les chevaux, les chiens, et même les éléphants, ont souvent été présents sur les champs de bataille. Bien que la plupart soient considérés comme de simples outils militaires, certains ont réussi à captiver le cœur des soldats et à laisser une empreinte indélébile dans l’histoire, à l’image de Stubby, héros de la Première Guerre mondiale, et de Wojtek. Grandissant en imitant les soldats, Wojtek, un ours syrien, devint la mascotte du régiment, mais également un véritable compagnon d’armes comme en atteste sa participation à la bataille de Monte Cassino en 1944. Wojtek a donc conquis le cœur de ses compagnons d’armée, mais il a également marqué les esprits, en témoigne les nombreuses biographies et les nombreux biopics à son sujet.

Les origines de Wojtek

Wojtek fit pour la première fois la rencontre de ses futurs camarades de guerre en 1942 quand un petit garçon syrien tenant un sac gigotant croisa un groupe de soldats polonais voyageant vers la Palestine.

Intrigué, l’un des soldats jeta un coup d’œil dans le sac et y découvrit un ourson, apprenant alors que sa mère avait été tuée et qu’il était destiné à la vente.

Les soldats proposèrent de la monnaie syrienne, de la nourriture et un couteau suisse en échange de l’ourson, lui évitant probablement d’être vendu à un montreur d’ours.

Wojtek assis devant un soldat - Imperial War Museum | Domaine public
Wojtek assis devant un soldat – Imperial War Museum | Domaine public

Ensemble, ils choisirent de l’appeler Wojtek, un nom slave signifiant « heureux combattant. » Peter Prendys, l’ainé du groupe, fut désigné pour en être le gardien. Bien que l’on aurait pu penser que leur histoire toucherait à sa fin lors de leur arrivée au camp du deuxième corps d’armée polonais en Palestine, le commandant Chelminski décida de le garder, ayant observé l’attachement des soldats envers l’ourson.

Wojtek le guerrier

Le début d’une belle histoire

Recueilli par la compagnie dès son plus jeune âge, Wojtek a rapidement assimilé les us et coutumes militaires en imitant ses compagnons. Traités de la même manière que les soldats, il partageait leurs rations, dormait sous leurs tentes et les accompagnait dans leurs voyages en camion. À mesure que Wojtek s’adaptait à sa nouvelle vie, les soldats s’accoutumaient à sa présence, allant jusqu’à lui confectionner un parasol improvisé pour le protéger du sol et à lui creuser des piscines rudimentaires lors de leurs déplacements dans les déserts du Moyen-Orient.

Wojtek grandit dans cette atmosphère joyeuse, considérant ses compagnons comme des modèles, adoptant alors leurs comportements. Wojtek se mit à faire le salut militaire, à batailler avec les soldats, et même à boire de la bière. Bien sûr, quelques déboires parvinrent, comme quand Wojtek allait se servir dans les rations limitées de la compagnie. Ces actions furent suivies de mesures disciplinaires. Attaché à un poteau de fer dans le désert, Wojtek parvenait toutefois aisément à se libérer pour errer à sa guise. Une fois libre, les soldats le suivaient en camion jusqu’à ce qu’il décide de remonter à bord pour retourner au camp.

Wojtek faisant de la lutte avec les soldats - Auteur inconnu | Domaine public
Wojtek faisant de la lutte avec les soldats – Auteur inconnu | Domaine public

Wojtek, héros de la bataille de Monte Cassino

En décembre 1943, la compagnie reçut l’ordre de se rendre en Italie, mais Wojtek se heurta à un obstacle majeur : l’interdiction des animaux à bord du navire. Pour contourner cette restriction, il fut officiellement enrôlé dans l’armée polonaise, recevant une carte d’identité militaire et le titre de caporal. Le caporal Wojtek obtint ainsi l’autorisation de monter à bord du navire de transport britannique, grâce à l’intervention du général Anders, le responsable du deuxième corps d’armée polonais.

Pendant la bataille de Monte Cassino de janvier à mai 1944, Wojtek s’engagea activement dans l’effort de guerre en participant au déchargement de caisses d’obus. Il n’avait pourtant pas été formé à cette tâche au préalable, mais l’apprit sur le tas en observant les gestes des soldats. Toutefois, Wojtek choisissait ses propres conditions de travail et s’arrêtait une fois qu’il n’en avait plus envie. Son implication et son comportement lors de cette bataille renforcèrent son statut de soldat. Cette contribution inattendue de l’ours brun a eu un impact psychologique significatif sur les soldats, renforçant le moral des troupes dans ces conditions difficiles.

C’est d’ailleurs pour cela que suite à sa participation à la bataille de Monte Cassino, Wojtek devint l’insigne officiel de la 22ème compagnie de ravitaillement d’artillerie. Un symbole qui fut arboré sur les véhicules, les pendentifs et les uniformes des soldats. De fait, l’histoire de Wojtek illustre de manière poignante l’apport de la présence animale en temps de guerre, en particulier en ce qui concerne le moral des troupes.

Le lien humain-animal dans l’armée

La question identitaire

L’histoire de Wojtek incarne un lien profondément identitaire entre les humains et les animaux au sein de l’armée polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Son existence et son comportement ont été partiellement façonnés par les soldats polonais, et en retour, il a contribué à définir certains aspects de l’identité de leur unité militaire, comme le fait qu’il soit devenu leur emblème.

L’évolution de Wojtek, élevé dans la relative liberté de l’espace de combat, l’a positionné comme un être ni sauvage ni domestiqué, et ni tout à fait humain, ni tout à fait un « ours ». Un flou identitaire qui a sûrement rendu sa vie après la guerre d’autant plus difficile.

Badge de la 22ème compagnie de ravitaillement d’artillerie du deuxième corps d’armée polonais représentant Wojtek - Auteur inconnu | Domaine public
Badge de la 22ème compagnie de ravitaillement d’artillerie du deuxième corps d’armée polonais représentant Wojtek – Auteur inconnu | Domaine public

La guerre et l’exploitation animalière

De plus, la présence des animaux dans le cadre militaire soulève des préoccupations éthiques, puisqu’elle transgresse généralement les lois naturelles qui régissent le comportement et la morphologie de ces espèces. En effet, certains animaux sont transformés en « soldats », perdant ainsi leur identité animale au profit d’un rôle utilitaire. Cela génère peut d’ailleurs générer des incidents dangereux. On peut notamment prendre en exemple l’incident arrivé à Franio Rodowicz, réveillé en pleine nuit par le poids de Wojtek qui le toisait en lui montrant les crocs. Cet incident met en lumière les conséquences potentielles de considérer les animaux uniquement comme des instruments de guerre ou des mascottes, oubliant ainsi leur nature animale et les dangers qu’ils peuvent représenter.

Bien entendu, l’histoire de Wojtek révèle également que prendre au sérieux le statut des animaux dans l’armée offre des perspectives intéressantes et innovantes qui peuvent changer le cours des événements. Mais comme l’explique Isla Forsyth, il ne faut pas oublier que les relations entre humains et animaux en temps de guerre demandent souvent des efforts colossaux de la part des soldats et des animaux et que cela n’est pas sans danger.

L’après guerre

Fin de carrière pour Wojtek

Démobilisé en 1947, Wojtek ne pouvait plus rester avec ses compagnons d’armes. Cependant, les options de réinsertion d’un ours militaire se limitaient à l’euthanasie ou à la vie en captivité dans un zoo. Deux perspectives qui furent déchirantes pour les soldats qui avaient partagé de nombreuses années à ses côtés. Alors que l’Europe retrouvait enfin un semblant de paix et que la Pologne légalisait l’avortement, Wojtek, qui jusque-là n’avait connu qu’une vie de mouvement et d’action, finissait sa vie au zoo d’Édimbourg, où ses anciens compagnons d’armes vinrent lui rendre visite. Ils jouaient du violon, jetaient des friandises et des cigarettes dans son enclos, un hommage touchant à leurs années partagées.

Cependant, la vie en captivité offrait à Wojtek des choix restreints, loin de la nourriture régulière, de la compagnie constante et de la liberté qu’il avait connu pendant la guerre. Wojtek était désormais contraint de se conformer aux normes attendues d’un animal, chose à laquelle il n’avait plus l’habitude. Et ses anciens compagnons d’armée le remarquèrent, ne retrouvant plus vraiment le Wojtek qu’ils avaient connu auparavant lors de leurs visites au zoo.

Un ours qui aura marqué les esprits

L’histoire de Wojtek semble avoir marqué les esprits. Depuis la publication de sa première biographie en 1968, qui fut un énorme succès au point d’être traduite en anglais et en français, l’histoire de Wojtek n’a cessé d’être retransmise. On retrouve la figure de Wojtek autant sous la forme de statues, que ce soit à Londres, à Cracovie ou encore à Édimbourg, qu’à travers ses représentations dans des programmes télévisés comme « Blue Peter ». Encore de nos jours, Wojtek continue de fasciner le public, en témoigne la sortie prochaine d’un film d’animation intitulé « Un ours nommé Wojtek. » Ainsi, l’héritage de Wojtek se prolonge à travers diverses formes artistiques. Toutefois, Isla Forsyth nous avertit quant à cette tendance à l’anthropomorphisme des animaux célèbres en déclarant :

« Wojtek est devenu un symbole, un mémorial de chair, de fourrure, de force brute et de loyauté abusive, son animalité et ses caractéristiques naturelles effacées. »

Isla Forsyth, p. 497.

Quelques sources et liens utiles :

Baylac, Marie-Hélène. « Wojtek, l’ours héros de l’armée polonaise. » Histoire des animaux célèbres. Paris, Éditions Perrin, 2015.

Forsyth, Isla. “A bear’s biography: Hybrid Warfare and the more-than-human battlespace.” Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 35, No. 3, 2017, pp. 495–512.

Orr, Aileen. Wojtek the Bear: Polish War Hero. Edinbourg, Birlinn, 2012.

Cartes interactives

Voyagez dans l'histoire grâce à des cartes interactives à la sauce Revue Histoire ! Découvrez les sur notre page dédiée.

Coup de cœur de la rédac'

Le livre essentiel pour maîtriser toute la période contemporaine !

En somme un outil de révision idéal, il est composé de cartes, schémas, tableaux statistiques, documents sources et plans de dissertations pour préparer et réussir les concours.

Articles populaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *