Le Chant des partisans : un hymne à la résistance

La Chant des partisans symbole de la Résistance française

La vie sous l’occupation nazie en France

La Seconde Guerre mondiale se déclenche par l’invasion de la Pologne par l’Allemagne Nazie et l’URSS. La France et l’Angleterre déclarent simultanément la guerre à l’agresseur allemand. S’en suit une période longue et sans combat, qu’on appellera la drôle de guerre, à partir du 3 septembre 1939 jusqu’à l’invasion de la Belgique, des Pays-Bas et de la France le 10 mai 1940. Ce n’est qu’au déclenchement de l’invasion et de la campagne de France et après un mois d’intenses batailles, que la France du maréchal Pétain négocie un armistice avec le IIIe Reich. Débute une longue période d’occupation, et une vaillante résistance française pour une partie de la population. Le Chant des partisans devient le symbole de la Résistance française. La défaite militaire, la revanche ou la résistance sont des thèmes forts des chants populaires ou militaires, c’est notamment le cas de La Strasbourgeoise.

Un chant aux origines russes

Anna Marly compose initialement la musique pour un texte russe, mais très vite cette musique sera réemployée pour créer le Chant des partisans ou Chant de la Libération. Anna Marly est une immigrée russe née à Saint-Pétersbourg. Elle est venue en France après la mort de son père pendant la guerre d’octobre avec sa mère et ses frères. Elle doit quitter son pays d’adoption pour l’Angleterre au début de la Seconde Guerre mondiale. Elle s’engage en tant que cantinière volontaire pour les Forces françaises libres (FFL).

Le Chant des partisans est composé à Londres en 1941, initialement publié sous le nom de Marche des partisans ou Guerilla song en langue russe. Pour obtenir la version avec les paroles en français, il faudra attendre 1943 et l’arrivée de Germaine Sablon à Londres. Il lui est proposé de jouer un rôle dans un film de propagande intitulé Three Songs about Resistance. Le choix des musiques est rapide et le Chant des partisans est sélectionné. Néanmoins, il faudra lui ajouter des paroles françaises. C’est son mari Joseph Kessel qui se chargera de les rédiger avec l’aide de Maurice Druon.

À quatre heures [30 mai 1943] tout était terminé. La fille du patron, Nenette, nous a servi le thé et j’ai chanté pour la première fois Le Chant des partisans devant elle. Ensuite j’ai appelé Calvacanti au téléphone […] je suis allée au studio d’Ealing le lundi 31 mai où l’enregistrement a eu lieu à onze heures et demie. 

Selon les dires de Germaine Sablon

Le chant devient rapidement l’hymne de la résistance

La radio est un atout essentiel durant la guerre, elle est très vite utilisée pour soutenir, organiser et orchestrer les opérations de la Résistance française. Deux fois par semaine, la BBC britannique organise l’émission Honneur et Patrie à destination des Français. Cette émission utilise à partir du 17 mai 1943 le Chant des partisans, sifflé pour ouvrir l’émission.

Le fait de siffler le Chant des partisans est à la fois un moyen de passer inaperçu – même si cela devient très vite suspect – de contourner le brouillage des Allemands. En effet, il reste audible et c’est un moyen de se reconnaître entre partisans dans les maquis. Le Chant des partisans est de plus une chanson très barbare. En effet, c’est un appel pur et dur à faire la guerre et à se révolter contre l’occupant allemand.

Le Chant des partisans est revenu au centre de la mémoire française de la résistance grâce à André Malraux, lors de la cérémonie d’entrée des cendres de Jean Moulin au Panthéon le 19 décembre 1964.

« […] L’hommage d’aujourd’hui n’appelle que le chant qui va s’élever maintenant, ce Chant des partisans que j’ai entendu murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et les bois d’Alsace, mêlé au cri perdu des moutons des tabors, quand les bazookas de Corrèze avançaient à la rencontre des chars de Rundstedt lancés de nouveau contre Strasbourg. Écoute aujourd’hui, jeunesse de France, ce qui fut pour nous le Chant du malheur. C’est la marche funèbre des cendres que voici. […] »

Propos de André Malraux durant la panthéonisation de Jean Moulin

Aujourd’hui, le manuscrit est propriété de l’État et conservé au musée de la Légion d’honneur. Depuis un arrêté du ministère de la Culture du 8 décembre 2006, le manuscrit a été classé monument historique dans la catégorie « objet ».

Les paroles initiales du chant en russe

De forêt en forêt / La route longe / Le précipice
Et loin tout là-haut / Quelque part vogue la lune / Qui se hâte
Nous irons là-bas / Où ne pénètre ni le corbeau / Ni la bête sauvage
Personne, aucune force / Ne nous soumettra / Ne nous chassera
Vengeurs du peuple / Nous mettrons en pièces / La force mauvaise
Dût le vent de la liberté / Recouvrir / Aussi notre tombe…
Nous irons là-bas / Et nous détruirons / Les réseaux ennemis
Qu’ils le sachent, nos enfants / Combien d’entre nous sont tombés / Pour la liberté ! »

Les paroles du Chant des partisans

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades!
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau: dynamite

C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il est des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève.

Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe.

Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté vous écoute.

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.

Augustin. R

Ancien étudiant en histoire à l'Univers d'Angers, je vous partage sur ce site l'ensemble de mes travaux, connaissances et curiosités ! Je spécialise mes écrits sur les photographies historiques.

Partagez vos articles !

Envie de partager vos connaissances historiques, ou vous avez  des articles historiques à publier ? Contactez-nous !