Les débuts de la conquête française en Algérie (1830-1835)

Attaque_d_Alger_par_la_mer_29_Juin_1830_par_Theodore_Gudin

L’Algérie, une terre de multiples colonisations

L’Algérie est depuis des siècles un territoire convoité des empires coloniaux. En effet, cette région offre par sa situation géographique une terre très fertile et une position stratégique pour le contrôle de la mer Méditerranée. De nombreuses puissances tentèrent ainsi de s’y installer à travers les âges, notamment les puissances de la péninsule Ibérique.

L’Empire Romain s’y installe au IIème siècle après J-C et y développe l’agriculture céréalière et l’oléiculture jusqu’à sa chute en 476. Au VIIIème siècle, l’invasion arabe de l’Afrique du Nord entraîne la conversion à l’islam de nombreuses tribus berbères ancestrales. Enfin la région passe sous le contrôle de l’Empire Ottoman à partir du début du XVIème siècle et devient une Régence dirigée par le dey d’Alger, noble sous l’autorité du sultan Ottoman.

Aux origines du conflit

Le 30 avril 1827, à la suite d’une discussion sur un emprunt non remboursé par la France, Pierre Deval, consul de France à Alger est giflé par le dey d’Alger avec un chasse-mouche. Un incident diplomatique éclate et le dey Hussein refuse de s’excuser de ce qui est vécu comme une humiliation par le gouvernement Français. En conséquence, la France organise un blocus maritime de la Régence d’Alger qui va durer 3 ans. Malheureusement celui-ci se révélera vain, car le commerce créé par les bateaux de corsaires barbaresques, très fructueux à l’économie de la province parvenait à contourner ce blocus.

En 1830 le roi de France Charles X, très impopulaire veut redorer son image et en finir avec les raids de pirates barbaresques sur la côte européenne ainsi que sur les navires marchands traversant la mer Méditerranée. Or le port d’Alger est l’un des principaux repaires de la flotte barbaresque. La France planifie alors une intervention militaire sur la ville afin de réduire à néant la piraterie, de venger l’affront de 1827 et de réaffirmer l’autorité du roi Charles X.

La Régence d’Alger est à ce moment une possession délaissée de l’Empire Ottoman. En cause, la guerre d’indépendance grecque (1821-1829) et par conséquent le démembrement de l’Empire Turc.

Le débarquement à Alger

Charles X confie à l’Amiral Duperré la flotte française de 675 navires dont 103 bâtiments de guerre et au général Bourmont le commandement de 30 000 hommes et de 4000 chevaux.

L’expédition est lancée par l’appareillage des navires le 25 mai 1830 depuis le port de Toulon.

Le 14 juin 1830, l’armée de Bourmont débarque sur plage de Sidi Feruch à 25 kms d’Alger car le général pense la ville imprenable. En effet, dans les dernières décennies bon nombre de puissances, comme la marine britannique et américaine ont essayé de prendre Alger en vain. Cela confère à la ville portuaire une réputation de forteresse imprenable à cette époque.

Malgré la présence de 50 000 hommes pour la défense d’Alger, l’attaque est mal anticipée et les Français prennent rapidement l’avantage sur terre, comme sur mer où les frégates françaises s’acharnent à bombarder les défenses de la citadelle. Le 4 juillet, le fort au sud de la ville tombe et l’armée française rentre dans Alger.

Le 5 juillet après 3 semaines de combat, le dey Hussein signe l’acte de capitulation de la régence d’Alger qui passe aux mains des Français. Le général Bourmont sera fait Maréchal de France par le roi en récompense de la victoire française. Mais fin juillet une révolution éclate à Paris et Charles X abdique en faveur de son cousin, Louis-Philippe d’Orléans, qui sera proclamé « roi des Français » le 9 août suivant.

Les prémices d’une guerre de territoire

Louis-Philippe fraîchement arrivé au pouvoir ne sait pas vraiment quoi faire de ce nouveau territoire et hésite d’abord à poursuivre la guerre dans cette province. En effet le nouveau roi est anglophile et sait que la nouvelle colonie française est vue d’un mauvais œil par l’empire britannique qui voit l’influence de la France grandir outre-Méditerranée. Il pense donc conserver uniquement les annexions côtières. Mais face à l’organisation d’une résistance locale, il décide finalement d’engager une conquête totale du territoire. En 1835 les villes côtières d’Oran, Alger, Bougie et Bône sont contrôlées par les Français mais cela n’est que le début d’une longue guerre d’expansion territoriale

Quelques liens et sources utiles

Jacques Frémeaux, La conquête de l’Algérie. La dernière campagne d’Abd el-Kader, CNRS, 2022

Pierre Guiral, Les militaires à la conquête de l’Algérie : 1830-1857, Critérion, 1993

Thierry Nélias, Algérie, la conquête : 1830-1870, comment tout a commencé, Vuibert, 2022

Mehdi Benchabane, L’Émir Abdelkader face à la conquête française de l’Algérie (1832-1847), Edilivre, 2014

Marian. F

Passionné d'Histoire, je suis motivé à l'idée de vous faire découvrir des périodes peu connues de l'Histoire de France !

Envie de partager vos connaissances historiques, ou vous avez  des articles historiques à publier ? Contactez-nous !