L’édit de Lucheux, un faux de Louis XI

Reconstitution du château, imaginé dans sa situation en 1120

Devenez rédacteur !

Valorisez vos compétences rédactionnelles aux côtés d’une équipe de passionnés !

Aussi écrit édit de Luxies, l’édit de Lucheux marque le début de la poste dans le royaume de France. Le 19 juin 1464, Louis XI signe dans le beffroi de Lucheux (petite ville près de Doulens), l’édit du même nom qui organise la poste aux chevaux dans le royaume de France, notamment avec la Bourgogne, les régions du Nord et de l’Est.

Considéré comme un élément marquant de l’histoire de cette institution, l’édit de Lucheux est aujourd’hui considéré comme un faux, créé par un haut fonctionnaire au XVIIe siècle.

Remise en question de l’édit de Lucheux

L’édit de Lucheux définissait en 28 articles le fonctionnement de la poste aux chevaux, tout en indiquant sa date de création. Il faut attendre 1937 et le travail de l’historien Gaston Zeller, pour que des doutes sur l’authenticité de l’édit soient formulés. L’édit décrit parfaitement le fonctionnement de la poste aux chevaux, 15 ans avant de trouver des traces historiques de cette administration. Il met également en avant que l’édit utilise des mots qui n’existent pas au XVe siècle, ou qui ne sont pas utilisés de cette manière.

L’historien Eugène Vallé, grâce à ses travaux, pense que l’édit a été originellement publié en 1660, dans un recueil documentaire de la poste. L’édit a été ajouté après une modification des numéros de page. La création de ce faux répond au besoin de justifier des taxes trop perçues par le surintendant général des postes et relais de l’époque, Jérosme de Nouveau.

Malle-poste au relais, 1805, Victor-Jean Adam, d’après Jean-Antoine Duclaux 1817 – Lithographie
Malle-poste au relais, 1805, Victor-Jean Adam, d’après Jean-Antoine Duclaux 1817 – Lithographie.

Les premières archives historiques retrouvées, faisant mention de la poste aux chevaux, datent de 1479, trois ans après la mort de Louis XI.

Enfin, rappelons qu’avant 1630, le mot poste désigne la distance entre deux relais. Il n’y a aucun lien avec le fait de poster une lettre, ou bien même d’envoyer une lettre. Ainsi, courir la poste signifie simplement courir la distance entre les relais. Le changement de sens du mot peut être source de confusion, c’est inévitable.

Louis XI et son apport à la poste ?

Louis XI, malgré qu’il ne soit plus véritablement considéré comme l’inventeur de la poste – mais à quoi bon – avait la volonté de faciliter la communication dans son royaume en rationalisant le système de messagerie déjà en place.

Louis XI met en place un système de relais de chevaux tous les sept lieux environ pour faciliter la course des chevaucheurs du roi, et rendre les échanges plus rapides. Ce système remplace simplement la course désorganisée des messagers royaux, qui partaient livrer leur message avec un cheval frais, qu’ils abandonnaient une fois qu’il ne pouvait plus avancer au profit d’un nouveau cheval réquisitionné sur la route.

Quelques liens et sources utiles

Ernest Delamont, Notice historique sur la poste aux lettres dans l’antiquité et en France, 1870.

Josette Desrues, En coche, en tram, en bus : le Paris-Saint-Germain, Presses Franciliennes, 2005.

Camille Allaz, Histoire de la poste dans le monde, Éditions Pygmalion, 2013.

Maurice Block, Dictionnaire de l’administration française, 1856.

Augustin R.

Ancien étudiant en histoire à l'Université d'Angers, je vous partage sur ce site l'ensemble de mes travaux, connaissances et curiosités ! Je spécialise mes écrits sur les photographies historiques.