L’USS Bunker Hill est un porte-avions américain (CV-17) engagé durant la Seconde Guerre mondiale. Il a été touché par deux kamikazes.
Photographe pour la rubrique photographie historique Revue Histoire
USS Bunker Hill

Une courte vie pour l’USS Bunker Hill

Nombreux ont été les navires construit durant la Seconde Guerre mondiale, et notamment les porte-avions. Les États-Unis ont produit plus de 1200 navires de guerre à la fin de celle-ci, représentant un total de 70% du tonnage mondial des navires de plus de 1000 tonnes. L’USS Bunker Hill est un porte-avions qui s’intègre dans cette période faste pour les chantiers navals étasuniens. Avec une durée de vie relativement courte sur le front, il opère dans plusieurs batailles mythiques de la Guerre du Pacifique.

Mise en chantier de l’USS Bunker Hill

La construction du porte avion USS Bunker Hill est lancé le 15 septembre 1941 dans le chantier naval Fore River de la Bethlehem Steel Company, à Quincy, dans le Massachusetts. Il est officiellement opérationnel et intégré dans les forces armées américaines le 7 décembre 1942. À partir du 4 septembre de la même année, il est envoyé vers le canal du Panama en direction de Pearl Harbor pour être officiellement intégré dans les opérations armées des États-Unis contre le Japon.

Le porte-avions tient son nom d’une bataille de la guerre de Sécession américaine, Bunker Hill. Elle s’est déroulée le 17 juin 1775, proche de Boston. Cette bataille est considérée comme la plus sanglante de la guerre.

Vers le chemin du front dans le Pacifique

Le 19 octobre l’USS Bunker Hill quitte Pearl Harbor en direction du Pacifique Sud-Ouest. Il participe à une opération importante sur une base impériale de la marine japonaise à Rabaul en compagnie de l’USS Essex et l’USS Independence le 11 novembre de la même année. Dès le 14 novembre, la porte-avion est déployé dans les îles Gilberts pour couvrir l’occupation de Tarawa.

L’USS Bunker Hill effectue ensuite des raids aériens sur Kavieng pour soutenir les débarquements amphibies dans l’archipel de Bismarck le 25 décembre 1943, le 1er janvier et enfin le 4 janvier 1944. D’autres raids aériens dans les îles Marshall entre le 29 janvier et le 8 février, des raids aériens de grande envergure sur l’atoll de Truk du 17 au 18 février, au cours desquels huit navires de guerre de la marine japonaises sont coulés et des raids aériens sur les îles Mariannes à Guam, Saipan et Tinian le 23 février.

Entre le 28 février et le 4 mars 1944, l’USS Bunker Hill retourne à Hawaï pour être ravitaillé et entretenu. Il réalise une opération en cale sèche au chantier naval de Pearl Harbor entre le 6 et le 9 mars.

Les opérations notables du Bunker Hill

Durant la poussée des forces opérationnelles américaines dans le Pacifique central, l’USS Bunker Hill opère avec d’autres porte-avions rapides pour projeter leurs forces dans la bataille d’Iwo Jima. La 5e flotte (où l’USS Bunker Hill s’intègre) lance des raids contre le Honshū et le Nansei Shoto du 15 février au 4 mars, et la 5e flotte est intégrée à la bataille d’Okinawa. Le 7 avril 1945, les avions de l’USS Bunker Hill participent à une attaque de la Fast Carrier Task Force de la Flotte du Pacifique contre les forces de la Marine impériale japonaise dans la mer de Chine orientale. Les avions du porte-avions avaient repéré le cuirassé japonais Yamato, le plus grand cuirassé du monde.

L’USS Bunker Hill sous les attaques japonaises

Le matin du 11 mai 1945, alors qu’il soutenait l’invasion d’Okinawa, l’USS Bunker Hill a été frappé et gravement endommagé par deux avions kamikazes japonais.

Un avion de chasse Mitsubishi A6M Zero piloté par Seizō Yasunori émergea d’une couverture nuageuse basse, plongea vers le pont d’envol sur tribord et lâcha une bombe de 250 kilogrammes qui pénétra dans le pont d’envol et sortit par le côté du navire au niveau du pont-galerie, avant d’exploser dans l’océan. Le Zero s’écrasa ensuite sur le pont d’envol du porte-avions, détruisant des avions de guerre stationnés pleins de carburant d’aviation et de munitions, provoquant un grand incendie. Les restes du Zéro sont passés par-dessus le pont et sont tombés dans la mer.

USS Bunker Hill sous les attaques japonaises le 19 juin 1944

30 secondes plus tard, un deuxième Zero, piloté par Kiyoshi Ogawa, a plongé sur l’USS Bunker Hill. Le Zéro a traversé les tirs anti-aériens, a largué une bombe de 250 kilogrammes, puis s’est écrasé sur le pont d’envol près de l’îlot du porte-avions. La bombe a pénétré dans le pont d’envol et a explosé dans la salle de préparation du pilote provoquant la mort de 22 pilotes.

L’USS Bunker Hill a perdu 393 marins et aviateurs tués, dont 41 disparus et jamais retrouvés, et 264 blessés. Parmi les pertes, on compte trois officiers et neuf hommes de troupe de l’état-major de Mitscher. L’amiral abandonne le commandement par signal visuel ; lui et son personnel restant sont transférés par une bouée de sauvetage sur le destroyer English, puis sur l’Enterprise, qui devient le navire amiral.

Le Bunker Hill a été lourdement endommagé, mais il a pu naviguer à 20 nœuds jusqu’à Ulithi, où les pilotes, qui se trouvaient dans les airs pendant l’attaque kamikaze et qui ont été détournés vers d’autres porte-avions, ont rejoint leur navire. Le porte-avions est rentré chez lui en passant par Pearl Harbor, et a été envoyé au chantier naval de Bremerton pour des réparations. Il était toujours au chantier naval lorsque la guerre a pris fin à la mi-août 1945.

La vie du porte-avions après la guerre

Après la guerre, l’USS Bunker Hill a été employé comme transport de troupes de retour du Pacifique, et a été désaffecté en 1947. Pendant qu’il était en réserve, le navire a été reclassé en porte-avions d’attaque (CVA), puis en porte-avions anti-sous-marins (CVS) et enfin en navire d’entraînement à l’atterrissage d’aéronefs auxiliaires (AVT), mais il n’a jamais été modernisé et n’a plus jamais été en service actif. L’USS Bunker Hill et l’USS Franklin sont les seuls navires de la classe Essex qui n’ont jamais été remis en service après la Seconde Guerre mondiale.

Rayé du registre des navires de la marine en 1966, le Bunker Hill a servi de plate-forme de test électronique pendant de nombreuses années dans la baie de San Diego, et a été vendu à la casse en 1973. Un effort pour le sauver en tant que navire-musée en 1972 n’a pas abouti.

Faites découvrir cette histoire à votre réseau.

Augustin.R

Augustin.R

Spécialiste des questions militaires contemporaines, ancien étudiant en Histoire à l'Université d'Angers. Je partage ici mes connaissances acquises auprès de spécialistes et d'experts universitaires 😃